Cabinet professionnel

L'installation du cabinet est régi par le code de déontologie :

Au vu de ces dispositions,
le cabinet doit réellement exister: le patient doit pouvoir ainsi venir faire effectuer des soins au cabinet aux heures de permanence prévues ou sur rendez-vous. Il a aussi la possibilté de faire réaliser les soins à son domicile si la prescription médicale le stipule. En aucun cas, il ne peut s'agir d'un cabinet fictif (plaque professionnelle apposée à l'entrée d'un local servant de domiciliation). Ce cabinet ne doit pas être un local à usage commercial (dans une paharmacie par exemple). Vous pouvez transformer une partie de votre habitation pour en faire votre cabinet si le réglement d'urbanisme ou de co-propriété le prévoit.

L’agencement du « cabinet de soins » peut se concevoir ainsi :

- Une salle d’attente, non obligatoire, mais nécessaire pour pouvoir respecter la confidentialité des soins
- Des WC indépendants
- Une salle de soins, comprenant une table d’examen, un chariot de soins, un poste de lavage des mains, une zone vestiaire, une zone technique et un placard isolé pour le rangement du matériel destiné au nettoyage du local.

La salle d’attente :

Le choix des matériaux utilisés au plafond, murs et sol, ainsi que le choix du mobilier répond au principe de prévention du risque infectieux. Au sol, il est conseillé un revêtement lessivable non poreux (carrelage sans joints importants). Le revêtement des murs est lui aussi lessivable (papier vinylique, peinture lessivable..). Le plafond fait appel aux mêmes matériaux avec un éclairage simple (spots, tubes néon). Le mobilier peut être en plastique, en métal. Sont à bannir en règle générale tout les « nids à poussière ».

Les WC :

Une installation classique fait l’affaire si possible avec un système dévidoir pour protèger la lunette. Ils sont équipés d’un lavabo avec distributeur de savon liquide, de serviettes papier jetables. La poubelle est équipée d’un sac pastique jetable.

La salle de soins :

Le choix des matériaux est le même que dans la salle d’attente. a) La table d’examen ou le fauteuil de prélèvements est recouverte d’un revêtement lisse et lessivable, protégé par un drap propre à usage unique. b) La zone vestiaire peut être indépendante façon « cabine d’essayage » ou tout simplement matérialisée par un paravent avec une chaise et un porte manteau. c) Le chariot de soins doit comporter deux zones : une propre pour la dépose du matériel nécessaire à la réalisation du soin, une sale pour la récupération du matériel souillé (poubelle sans couvercle ou mieux un containeur) ainsi qu’un collecteur pour les piquants-tranchants d) Le poste de lavage des mains doit se situer le plus près possible de la zone de réalisation des soins. Il comprend à minima un lavabo, un distributeur de savon liquide et de serviettes papier, une poubelle. e) La zone technique comprend un endroit de stockage du matériel de soins et du matériel administratif, si possible séparé, dans un placard ou armoire en métal, verre ou plastique. Il est recommandé de concevoir un plan de travail fixe (plastique dur) avec une « zone humide » destinée par exemple au nettoyage du matériel et une « zone sèche » réservé à la préparation ou a stérilsation du matériel par exemple. f) Un réfrigérateur peut venir compléter l’équipement pour conserver des produits médicamenteux. g) Un bureau pour la partie administrative avec chaises.

La zone nettoyage :

Elle doit être indépendante du cabinet de soins, au mieux isolée dans un placard. Le nettoyage de l’ensemble du local professionnel doit être fait de façon régulière (hebdomadaire par exemple), du plus propre au plus sale. Si possible, il faut utiliser du matériel jetable (papier essuie-tout, lingettes non tissées…). Pour le nettoyage des murs et sols, l’utilisation d’un balai support rasant et de produits désinfectants est recommandée. Ne pas oublier de se protéger avec une blouse et des gants.
Vous trouverez toutes les dispositions 

en téléchargeant le guide au format PDF